AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Vous et twitter?

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Vort
Dominus et Deus
avatar

Masculin Nombre de messages : 1116
Date d'inscription : 05/02/2009

MessageSujet: Re: Vous et twitter?   Mar 24 Juil 2012 - 1:16

Autre grande tragédie de ce début de millénaire: le pillage des ressources, bien sûr! Je ne pense pas que ce problème touche les Etats occidentaux avant un moment. Les inégalités se creuseront entre nations, les pays riches accapareront de manière de plus en plus absolue les ressources, tandis que les pays pauvres manqueront de plus en plus fréquemmment du nécéssaire (tout ça a déjà commencé, bien sûr, il suffit de voir combien de millions de personnes manquent d'eau en ce moment même, tandis que nous en gaspillons je ne sais combien de litres par jour pour des superfluités). Encore et toujours, les puissants de ce monde trouveront un bouc émissaire pour permettre à une minorité de continuer à vivre leur train train quotidien.

Je partage entièrement ton opinion sur cette ineptie connue sous le nom de "développement durable": si l'exploitation des ressources et l'augmentation de population continuent de croître à ce rythme, dans 25 ans, il nous faudrait les ressources de...2 planètes pour continuer à vivre comme cela! C'est une décroissance profonde, radicale, brutale qu'il nous faut. Le problème, c'est que le système dominant (le capitalisme) est entièrement basé sur la croissance, c'est à dire le pillage des ressources accéléré; et tant que des Sarkozy, des Hollande, des Obama ou des Romney seront élu à la tête des Etats occidentaux, le pillage des ressources continuera à vitesse grand V.
Il serait tant de se souvenir de l’étymologie du mot économie : économiser. Et pour moi la solution face à ce désastre passe par le vote, c'est à dire par une prise de conscience globale. Mais la plupart des gens sont bien trop occupés par "le pain et les jeux" pour considéréer sérieusement le problème environemental; bien trop prisonnier des préjugés concernant l'anticapitalisme pour envisager qu'il existe un système économique alternatif. Et bien trop attachés à leur portable, leurs TV, leur voiture et autres possessions pour pouvoir s'en priver (car arrêter le pillage des ressources impliquerait, comme tu le dis, de vivre plus frugalement).

Le développement durable n'est pas la seule absurdité à propos de l'écologie. On a aussi le "trier vos ordures pour sauver la planète", ou encore ces "verts" comme Cohn Bendit qui parviennent miraculeusement à concilier économie de marché et écologie. Mais ce genre de ***neries sert à donner une illusoire bonne conscience à certains.
Et dès qu'on parle d'altermondialisme, de démondialisation ou encore d'alternatives économiques, bim, on se heurte à l'argument de masse: l'anticommunisme, c'est à dire l'assimilation aberrante de stupidité mais ô combien pratique de l'anticapitalisme à Staline et à Mao. Bref de tous les côtés ça semble à peu près perdu.

Lire ton post a provoqué un déclic dans ma tête: certes, la loi HADOPI est absolument scandaleuse, mais à choisir entre laisser passer HADOPI et perdre la retraite à 60 ans, la première solution est de loin la plus viable. Or HADOPI a été révoquée, tandis que nous avons perdu la retraite à 60 ans. Du pain et des jeux, encore et toujours...

Oui, d'une manière génréale, l'individualisme engendré par internet, facebook et les portables, a eu des conséquences dramatiques sur la sociabilité.

Aujourd’hui, beaucoup préfèrent écouter de la musique lorsqu’ils sont en société, ou parler sur leur portable à des gens…qu’ils ignorent lorsqu’ils voient en vrai, trop occupés à répondre à d’autre textos ! Je doute que beaucoup coulent avec délice dans cet univers technologico-individualiste. Au début, oui, c’est facile, plaisant, ça ne demande ni effort ni volonté, ça flatte nos sens et exauce la moindre de nos volontés. Mais après quelques temps ça devient fade, vide, dans odeur ni saveur ; parler à quelqu’un à distance, jouer à des jeux ou écouter de la musique : c’est une source de plaisir instantanné, non de bonheur durable. Et on cherche désespérément à en sortir. Mais on a perdu nos atouts pour revenir à la vie sociale, et nous ne sommes plus habitués qu’à la vie virtuelle, aussi nous y replongeons en tentant de nous prouver qu’elle nous rend heureux. A mon avis beaucoup y coulent avec délice en apparence, mais la plupart pataugent en vérité entre deux eaux et sont mal dans leur peau, malheureux. Alors déjà que parler à quelqu’un en vrai commence à devenir quelque chose de difficile, s’intéresser sérieusement à l’état de la planète ou s’indigner sincèrement de la pauvreté dans le monde apparaît comme quelque chose de plus en plus impensable.

Voilà mon analyse en tout cas^^. Il me semble qu'un philosophe a évoqué la notion de "foule solitaire", qui convient très bien pour illustrer la sociabilité actuelle.
Individualisme, solitude, apathie…triste réalité, c'est le moins qu'on puisse dire, cher Pédro, réalité tragique plutôt!

Je suis en train d'écouter le premier de tes liens. Je vois avec plaisir qu'il inclut le concept de décroissance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vort
Dominus et Deus
avatar

Masculin Nombre de messages : 1116
Date d'inscription : 05/02/2009

MessageSujet: Re: Vous et twitter?   Mar 24 Juil 2012 - 1:17

Je me rends compte que j'y ai été un peu fort sur la longueur du message, je n'arrive pas à m'arrêter lorsque je m'emporte sur un sujet comme celui là Embarassed
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cadmos
Cataphracte de Ctésiphon
avatar

Masculin Nombre de messages : 404
Age : 26
Localisation : Montréal
Date d'inscription : 01/04/2006

MessageSujet: Re: Vous et twitter?   Mar 24 Juil 2012 - 2:40

Au contraire, ça fait plaisir de lire des gens avec une telle conscience politique. Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pédro
Edile de Cordoba
avatar

Masculin Nombre de messages : 525
Age : 32
Localisation : Limoges
Date d'inscription : 06/10/2009

MessageSujet: Re: Vous et twitter?   Mar 24 Juil 2012 - 3:30

Pas de soucis de mon coté également, ça me fait toujours plaisir d'écrire sur ce type de sujets sans me heurter, comme tu l'as précisé aux réduction ad Stalinum dès lors où on remet en question le Marché, l'entreprise, le capitalisme, le libéralisme... Nos sociétés se sont construites énormément également dans l'esprit des Lumières, esprit qui entrait en rupture avec une conception de la société théocratico-politique que Paul Hazar a défini bien mieux que je ne le ferais jamais dans La crise de la conscience européenne. http://classiques.uqac.ca/classiques/hazard_paul/hazard_paul.html
Cette pensée, reprise par les révolutionnaires, accoucha tout de même à la devise Liberté Egalité Propriété, ce qui n'est pas un vain mot. Mais comme toute réaction épidermique et de rupture, cette mécanique était trop excessive et on en paye les pots cassés aujourd'hui... Ce n'est pour rien qu'un Adam Smith écrivit au XVIIIe siècle ; une genèse était en cours... Nous arrivons au bout du processus. Tout va plus vite dans le monde contemporain ; il a fallu des siècles pour que le système féodal, mainte fois transformé, vienne à disparaître, il faudra certainement bien moins de temps pour que l'ambiance général de nos sociétés (je reste vague parce que c'est au delà d'une simple mécanique rationaliste) ; l'éveil se fera sans doute avec le rappel de la froide réalité mathématique qui empêche, n'en déplaise à Jean-Claude Van Damme, que 1+1=11 ou tout autre absurdité. Quand on dispose d'un pain, à part si on est Jésus ^^ il est impossible d'en avoir une infinité. Notre planète n'est pas illimité et les combustibles fossiles qui représentent l'essentiel de notre consommation arrive à son terme. Ce n'est pas la conquête des fond marins, bientôt accessible avec la fonte de la banquise, qui va apporter une solution de long terme ; cela ne fera qu'accentuer les problème et repousser un peu l'échéance qui elle arrive sûrement. Tout ça pour quoi? La marotte capitaliste c'est d'apporter le bien-être matériel et de s'accorder à merveille avec le système de la démocratie (sic). Les sectateurs du modèle se gargarisent à souhait des réussites accomplies tout en moquant ou stigmatisant toute autre alternative. Tout est bien sûr rapporté à l'échec du "communisme" ; si Marx et ses "successeurs" se sont globalement plantés c'est qu'à la base ils ont pensé que l'humain était avant tout raisonnable et empathique. Ils ont oublié une donnée, pourtant fondamentale ; son appétit d'accumulation, qui a été un gage de la réussite de l'humanité primitive dans la compétition pour la survie. Notre espèce est biologiquement pratiquement en tout adaptée à une vie "primitive" et certainement pas au régime d'abondance actuel, d'où les addictions, l'excès de poids... C'est ce grain de sable dans les rouages qui empêche résolument l'accomplissement des thèses "messianiques" de Marx. Le capitalisme, au contraire, flatte cet "instinct" et le pousse à son expression la plus absolue. Pour autant est-ce "raisonnable"? Certainement pas parce que l'aveuglement presque religieux dans lequel se trouvent bon nombre d'économistes, de politiques et de citoyens nous pousse toujours plus vers un abîme un peu mystérieux, sans doute moins apocalyptique qu'annoncé par certains mais sans doute bien plus troublant parce qu'il bouleversera profondément tant notre représentation de nous même dans le monde, que nos habitudes quotidiennes, que nos valeurs... Je n'attends guère un avenir qui chante où on aura des fleurs dans les cheveux et où on jouera de la guitare auprès du feu ; l'humain ne changera pas du tout au tout. Par contre l'humain post capitalisme sera aussi différent que l'étaient un homme du XVIe siècle et un du XVIIIe siècle. En cela c'est fascinant. Le regard porté sur notre période risque par contre d'être féroce à base de "comment ont-ils pu être assez c** pour laisser faire tout cela sans rien faire et même en tirant encore plus sur la corde...?" Une nouvelle réaction de rupture se prépare en tout cas.
En tout cas Cadmos je ne pense pas qu'il s'agisse d'une simple conscience politique, il s'agit avant tout d'être un temps soi peu réaliste et rationnel ; les capitalistes insistent assez sur ce point quand il s'agit de financer un secteur culturel par exemple en ramenant tout à des données comptables. Ben quand on fait la même chose (oui, on est des produits de ce monde et même si on est de vilains petits canards on a quelques automatisme inhérents à notre époque) en prenant pour variable ce que l'on utilise pour produire et un temps long (Braudel si tu nous regardes ^^ ) on se rend compte que cela va manquer au bout d'un moment ; alors la croissance illimitée, mes fesses!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cadmos
Cataphracte de Ctésiphon
avatar

Masculin Nombre de messages : 404
Age : 26
Localisation : Montréal
Date d'inscription : 01/04/2006

MessageSujet: Re: Vous et twitter?   Mar 24 Juil 2012 - 17:12

C'est que j'ai une définition très large du "politique" (qui dépasse largement les affaires d'une petite caste de privilégiés corrompus et des citoyens qui leur donnent un chèque en blanc une fois de temps en temps). La prise en compte de la finitude des ressources naturelles s'intègre dans une réflexion sur la gestion du patrimoine commun de l'humanité (et des autres êtres vivants qu'il ne faudrait pas oublier non plus, à moins qu'on ne les inclue dedans), et donc sur la question du "vivre ensemble", ce qui est pour moi éminemment politique.

C'est marrant parce qu'on aurait pu espérer que les réseaux sociaux suscitent plus de débats sur ce problème du "vivre ensemble", en confrontant les points de vue de gens d'horizons très différents, mais on assiste plutôt à une contemplation de nombril collective. Reste aussi à savoir si l'humain moyen (le Tiers-mondiste) est présent à sa juste mesure sur ces réseaux, mais même si c'était le cas, dans le fond je doute que cela changerait grand chose... (ce paragraphe servait surtout à ne pas paraître trop "hors-sujet", on l'aura compris)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vort
Dominus et Deus
avatar

Masculin Nombre de messages : 1116
Date d'inscription : 05/02/2009

MessageSujet: Re: Vous et twitter?   Mar 7 Aoû 2012 - 22:14

Les sociétés modernes bâties sur les principes des Lumières? Oui en non, je dirais. Oui, dans le sens où la majorité des philosophes des Lumières étaient "libéraux", c'est à dire qu'ils exigeaient une indépendance entre l'individu et l'Etat, et, dans une certaine mesure, entre l'Etat et l'économie. Mais après, je doute que le néolibéralisme de ces dernières années tire ses racines dans l'idéologie des Lumières. Après tout, l'esclavagisme que dénonçait Voltaire (pourtant connu pour être un libéral) eexiste toujours aujourd’hui, plus que jamais, même. La célèbre phrase "c'est à ce prix que vous mangez du sucre en Europe" s'applique aujourd'hui à un grand nombre de produits que nous achetons. Rien qu'un chiffre: environ 250 millions d'enfants travaillent comme des esclaves à l'heure qu'il est.
N'oublions pas que les Lumières ont permises de faire progresser la société vers plus d'égalité que sous l'Ancien empire.
Enfin, il ne faudrait pas non plus négliger la diversité des Lumières: pas mal de penseurs étaient "libéraux" (Voltaire, Montesquieu...), mais les Lumières ont aussi portées en leur sein des grands philosophes que l'on pourrait qualifier de "socialistes" (anachronique, je sais), comme Rousseau (que l'on oublie trop ou comprend mal) ou même Kant.
Voilà pour les Lumières (c'est déjà trop long, je sens que le reste va l'être encore plus...

Pour moi, le fondement des sociétés occidentales d’aujourd’hui et de leurs tares est, pour une bonne mesure, à chercher dans le pouvoir que les banques centrales ont pris sur les Etats ; incroyable situation politique que celle de ce XXIème siècle, où l’on voit des Etats, s’agenouiller devant des banques et obéir à la moindre de leurs demandes…Napoléon (que du reste je n’aime pas) disait :

« Un état ne doit jamais devenir dépendant d’une banque, car la main qui donne est toujours au- dessus de la main qui reçoit ».

Cette phrase est prophétique…c’est en 1913, je crois, que les Etats-Unis ont donné des pouvoirs exorbitants à leur banque centrale (le président de l’époque avait même dit : « je suis un homme très malheureux : j’ai livré mon pays à des banquiers », c’est dire !), et je ne connais pas bien notre histoire contemporaine, mais on peut voir, autour des années 70, une hausse considérable du chômage, de la pauvreté et des inégalités, dans le même temps que nos présidents ouvraient la France à la mondialisation…
Je ne pense pas que les philosophes des Lumières aient prôné ce capitalisme excessif (Kant l’avait prédit, il est vrai, mais n’en faisait aucunement l’apologie).

Mais je crois que je perds quelque peu le fil, où en étions-nous ?

Ah oui, la pénurie de ressources. Je me demande vraiment comment tout cela va évoluer. Car la société profondément inégalitaire dans laquelle on vit, aussi malade soit-elle, pourrait rester en place, tant que les peuples des Etats Unis et d’Europe continueront à se satisfaire de leur petite vie tranquille ; le reste du monde, et notamment le Tiers-Monde, sera maintenu en laisse facilement par les banques (quoique certains pays ont commencé à se réveiller en Amérique du Sud). Mais le vrai problème, sur la durée, est celui des ressources : nos dirigeants prôneront-ils encore « la croissance, la croissance ! » dans vingt ans ? Cinquante ans ? Cent ans ? Je suis d’accord, c’est absolument sidérant de lire chez des penseurs comme Adam Smith, ou Ford, qu’il faut encourager l’achat et la vente au maximum, sans prendre en compte la finitude des ressources.

Cependant, encore une fois, ce n’est pas une ignoble tyrannie qui a instauré ce système ignoble ; c’est une démocratie ! Donc, si on veut trouver les responsables de l’ordre mondial actuel, il suffit de regarder autour de nous et dans un miroir ! Le plus désespérant, dans toute cette affaire, c’est que ce sont les peuples qui ont instauré un système politique aussi inégalitaire et meurtrier (je parle des morts causés par la famine). Après, si on observe les détails avec précision, on constate que la plupart des décisions ultra-capitalistes ont souvent été prises de manière antidémocratique.
Par exemple : cette ignominie connus sous le nom de « Traité constitutionnel européen », refusé par référendum en 2005 en France, rebaptisé « Traité de Lisbonne », et ratifié en petit comité par notre ex-président. Il n’empêche ; si les peuples avaient vraiment voulu un système différent, ça ferait longtemps qu’ils auraient voté différemment.

D’où la notion d’égoïsme dont tu parles qui entre en jeu. Certes, on ne peut pas dire que Marx avait inclus la notion de « mal inhérent à l’homme » dans ses écrits, et encore moins notre Jean Jaurès. Effectivement, ça ne nous dérange pas de vivre confortablement notre vie de petit bourgeois avec tant de pauvreté autour de nous et de misère à travers le monde ; c’est triste mais l’état actuel des choses le prouve. Bref, la démocratie a permis non pas d’affirmer la compassion humaine et la fraternité universelle, mais bien l’égoïsme de l’homme. Après, je ne pense pas qu’il y ait une « nature humaine » foncièrement bonne ou mauvaise, seulement une condition humaine qui évolue en telle ou telle mentalité selon son milieu. Et si les mentalités sont telles qu’elles sont aujourd’hui, c’est peut-être aussi à cause de la prolifération des publicités, jeux-vidéos, émissions de TV réalité…qui ont conditionné notre mode de pensée dès notre naissance. Quoi qu’il en soit, nature humaine ou condition humaine, l’être humain est égoïste à l’heure qu’il est, c’est pourquoi on voit des démocraties être aussi inconscientes et tyranniques que des despotismes dirigés par des malades mentaux sanguinaires.

Mais il y a autre chose dans le capitalisme, je pense. Il n’y a pas seulement « l’égoïsme » de l’homme qui garantit son succès dans nos démocraties, il y a aussi « l’american dream », l’esprit de compétition : tout le monde peut réussir s’il fait preuve de volonté, il faut qu’il travaille dur, qu’il consacre sa vie à gravir l’échelle sociale. C’est pourquoi on voit aujourd’hui un grand nombre de « pauvres qui votent à droite » (titre d’un livre que je n’ai pas lu mais qui me semble pertinent). Il faut croire que l’être humain est devenu aussi compétitif qu’égoïste, car il est généralement admis aujourd’hui qu’il ne tient qu’à nous de réussir dans la vie, de gagner de l’argent, de devenir millionnaire, star de TV…autre chose qui avait échappé à Marx et à la gauche révolutionnaire qui lui a succédée : l’être humain est tel qu’il ne perçoit pas forcément le travail comme un instrument d’aliénation, d’auto-souffrance, mais parfois au contraire comme une source de compétition nécessaire au bon fonctionnement d’une société et d’une vie. Certains, aujourd’hui, seraient frustrés si on les empêchait de travailler cinquante heures par semaine et de gagner leurs dizaines de milliers d’euros par mois ; et cette espèce de « servitude volontaire » a tendance à s’accroître de manière exponentielle… Marx disait « l’émancipation des prolétaires sera l’œuvre des prolétaires eux-mêmes (…) ils n’ont rien d’autre à y perdre que leurs chaînes ». On pourrait lui répondre qu’aujourd’hui, les prolétaires ont tendance à fabriquer eux-mêmes volontairement leurs chaînes…

Je suis d’accord pour dire que si un homme post-capitalisme émerge un jour, il traitera son passé néolibéral de manière sévère dans ses cours d’histoire. Je le suis moins pour dire que cet homme post-capitalisme verra le jour dans des temps prochains. Je vois mal comment l’ordre mondial actuel, c’est-à-dire une oligarchie (les USA et l’UE) gouvernée par une oligarchie (les banques centrales) qui vit sur les bases de milliards de va-nu-pieds (le Tiers Monde), avec le système de la dette, les médias, l’armée s’il faut, pourrait s’écrouler. Reste bien sûr le système des ressources. Mais je parie que, au sein des Banques Centrales, on a commencé à prendre ce problème au sérieux, et fait le nécessaire pour s’assurer de continuer à régner de manière supra nationale, même dans l’hypothèse d’une pénurie.

La prise de conscience dont vous parlez est avant tout rationnelle, comme le dit Pédro : il ne faut pas être particulièrement intelligent pour comprendre que les ressources de notre planète sont finies ; elle est aussi humaine, comme le souligne Cadmos : j’ajouterai qu’il s’agit juste de prendre conscience de la misère et de l’esclavagisme, encore très largement répandus dans le monde (peut être plus que jamais ??).
Par contre, je pense, pour ma part, que cette prise de conscience humaine et rationnelle mène logiquement à une prise de conscience politique. Car par quel moyen peut-on contribuer à mettre en place un monde meilleur, si ce n’est par la politique ? Alors bien sûr, les éternels problèmes (corruption, soif de pouvoir…) du politique, couplés à ceux de la démocratie (démagogie, grégarisme…) rendent la situation actuelle plus désespérante que jamais. Mais jouer au pessimiste cloîtré dans nos quatre murs et voter blanc chaque fois que l’occasion s’en présente n’arrangera rien. Le seul « miracle » qui pourrait changer radicalement la société actuelle, c’est une prise de conscience globale, et un vote massif bien placé lors d’une élection. C’est bien d’avoir un esprit critique et sceptique, mais c’est inutile si cet esprit critique ne se double pas d’une pensée positive, d’un contre modèle. Le bilan de la démocratie n’est pas purement négatif ! Rappelez-vous, en mai, lorsque le parti socialiste (quand je dis « socialiste », rien à voir avec le PS, hein !) grec SYRIZA, avec les parti anticapitaliste modéré DIMAR et extrémiste KKE (léniniste et sectaire, il est vrai), ont raflé 33% des voix, les mesures d’austérité ont cessé en Grèce pour un mois ! à l’élection suivante, Alexis Tsipras, le leader de SYRIZA, a obtenu un score incroyable (26%), juste derrière la droite, qui a pu de justesse former un gouvernement, et appliquer les plans du FMI. Je gage, Cadmos, que si plus de Grecs avaient donnés un chèque en blanc à Tsipras, les classes défavorisées de Grèce se porteraient mieux à l’heure qu’il est, et que la Grèce aurait contribuée à combattre les tares du capitalisme dont nous parlions (SYRIZA est aussi altermondialiste et écologique (dans le sens partisan d’une décroissance)).
Autre exemple : l’Equateur. On peut penser ce que l’on veut du président de gauche progressiste Rafael Correa, mais toujours est-il, qu’en plus de la réussite indéniable de sa politique sociale, il a tenté de mettre un frein au pillage des ressources. Renseignez-vous sur le projet Yasuni : Correa s’est engagé à ne pas exploiter une certaine partie du pétrole souterrain de l’Equateur, qui aurait dégagé une forte pollution. Bref, quand je vois des hommes comme Correa, qui, à la tête d’un pays endetté jusqu’au cou, miséreux et inégalitaire comme l’Equateur, prend une mesure qui nuit à son économie au nom du patrimoine terrestre, je reprends espoir.

Que des Correa ou des Tsipras arrivent au pouvoir en France, partout en Europe et aux USA (je sais, je rêve) serait le seul moyen de stopper le pillage des ressources et de combattre les inégalités à échelle mondiale. Je ne vois pas d’autres solutions. Bref, dans cinq ans j’espère que nous voterons mieux qu’il y a quelques mois.

Et concernant facebook, je pense plutôt que ce logiciel aurait comme effet de convertir les habitants du Tiers Monde à l’American dream plutôt que de faire prendre conscience aux Européens de la misère du monde…

Je vous l’assure : écrire un message aussi long était aussi chronophage qu’involontaire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Vous et twitter?   

Revenir en haut Aller en bas
 
Vous et twitter?
Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» prenez-vous un goûter?
» Sommeil et insomnies, qu'en est-il pour vous?
» Connaissez-vous cet homme, un illuminé ?
» Croyez vous que l'Église soit infiltrée par des groupes anti-catholiques
» LA TRISTESSE VOUS ENVAHIT ? LISEZ CE QUI SUIT...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Monde Antique :: Vie du Forum :: L'Agora-
Sauter vers:  
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Signaler un abus | Forum gratuit | Sciences et Savoirs | Histoire