AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Rome, la ville éternelle

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage
Steuf
Hiérodoule de Mercure
avatar

Masculin Nombre de messages : 7779
Age : 26
Localisation : Près de Chaumont (52)
Date d'inscription : 13/11/2004

MessageSujet: Rome, la ville éternelle   Dim 14 Nov 2004 - 22:09

Bienvenu sur ce premier topic de la rubrique consacrée à cette grande civilisation, tout aussi grande au moins que la civilisation grecque ! A travers ce topic, qui va être comme une visite guidée (en tant que créateur de ce topic, je ferai le guide !) dans la capitale de l'empire, si riche, si énorme, si belle, mais où, malheureusement, la plus opulente domus peut cotoyer la plus misérable insula, vous allez découvrir ce qu'était Rome au summum de sa richesse de ville païenne, avant qu'elle ne soit couverte de monuments chrétiens.

C'est en l'an 314 que fut construit le dernier monument païen de l'Antiquité : l'arc de Constantin, élevant ses dizaines de tonnes de marbre que découpent trois arches, devant le Colisée. C'est donc la Rome de l'an 314 que ce topic fera revivre sous vos yeux ébahis.


Voici pour l'introduction ! Maintenant, avant nos premiers pas dans la ville éternelle, sachez que je vais reprendre, avec mes mots, le plan d'un livre absolument éblouissant, qui est en quelque sorte une visite guidée aussi. Voilà. Je ne suis pas une encyclopédie, je me baserai donc sur ce livre pour vous faire la visite, à laquelle je serais heureux que vous participiez bien sûr !

Rendez-vous donc dans mon prochain message pour l'entrée dans Rome !

_________________
Si vis copyrightem, para bellum.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
FLoHaMm
Admin Spécialisé en HTML


Masculin Nombre de messages : 1000
Age : 26
Localisation : Nancy
Date d'inscription : 06/11/2004

MessageSujet: Re: Rome, la ville éternelle   Dim 14 Nov 2004 - 22:18

Bravo cheers très joli premier Topic !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pierre (ancien)
Dominus et Deus
avatar

Masculin Nombre de messages : 1463
Age : 25
Date d'inscription : 19/10/2004

MessageSujet: Re: Rome, la ville éternelle   Lun 15 Nov 2004 - 21:20

Empereur: Thumb down
Gladiateur: pale Shit Sad
Spectateurs: I don't want that
Pharaon: farao Qu'est-ce que je fout ici?

_________________
Que Thor préservent les membres du forum du départ glacial.
Que Heimdall vous donne le courage de rester sur ce site.
Qu'Odin vous donne suffisamment de sagesse pour envoyer des sujets intéressants.
Que Balder donne de la poésie à vos messages.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Steuf
Hiérodoule de Mercure
avatar

Masculin Nombre de messages : 7779
Age : 26
Localisation : Près de Chaumont (52)
Date d'inscription : 13/11/2004

MessageSujet: Re: Rome, la ville éternelle   Lun 15 Nov 2004 - 22:41

Merci, merci !
Au fait, Pierre, j'ai pas compris ton dernier post, là... ???

Bon, reprenons la visite.
Chers forumeurs et visiteurs de la ville éternelle, nous allons pénétrer dans ce message dans la Rome de Constantin, la Rome de l'an 314, la plus grande ville de notre bel empire (quoiqu'en 314, il est déjà bien grignoté...) !


Vous êtes en train de fouler de vos caligae les dalles de la voie Appia, vieille de 6 siècles déjà ! Comme vous le voyez, de chaque côté de la route les tombeaux des familles aisées s'élèvent, le lierre aussi mais bon, là n'est pas la question. Tous les milles pas (environ 1,5 km) une borne nous indique que nous nous rapprochons de la Ville, l'Urbs.
Il est encore assez tôt le matin, et vous voyez les pasteurs et fermiers descendre déjà vers la Ville vendre leurs produits frais. Peu à peu, les tombeaux des bas-côtés de la route commencent à céder du terrain aux maisons luxueuses, fermes et faubourgs, agglutinés sur les bords de cette charmante rivière, l'Almo, où chaque année les prêtresses de Cybèle lavent la statue de la déesse, qui trône dans son temple du Palatin, dans une petite aire sacrée jouxtant le palais iméparial.

Nous passons le petit pont qui l'enjambe (l'Almo, pas le palais impérial) puis nous passons sous l'arc de Lucius Vérus (coempereur de Marc-Aurèle vers 160), le tissu urbain se resserre presque inperceptiblement, mais sûrement, ses mailles de chemins et de maisons, tandis que nous voyons les premiers immeubles à plusieurs étages. Les jardins immenses que nous voyions il y a quelques minutes encore, ont cédé la place aux premiers temples, casernes et véritables insulae. Et bien sûr, toujours à des jardins, mais plus petits.

Nous ne sommes plus qu'à quelques centaines de pas, pour ne pas parler en mètres, de la jeune enceinte dont l'empereur Aurélien a ceint Rome, il y a à peine 40 ans : c'est le mur d'Aurélien (à ne pas confondre avec celui d'Hadrien en Ecosse), construit en catastrophe en 272 alors que les Alamans vaient pénétré en Italie. Allez, je vais vous faire cadeau de sa petite histoire :

A Rome, on redoutait le pire. Toutes les corporations de maçons furent mobilisées, et elles menèrent le projet à terme en 2 années seulement, ce qui représente quand même 18 km de murailles. La dernière enceinte remontait au roi Etrusque Servius Tulius, autant dire que ce n'était vraiment vraiment plus tout jeune, il y a environ 850 ans si vous voulez tout savoir. Il est limpide que la ville l'avait déjà débordée de toutes parts, et de l'antique muraille ne subsistaient plus que quelques ruines charmantes en plein centre-ville aujourd'hui. L'enceinte d'Aurélien, elle, même à l'époque de sa construction, était déjà débordée de toutes parts. Eh oui, je vous ai dit qu'elle a été construite en catastrophe. Maintenant, j'arrête de tourner autour du pot, et je vous dis ce qui est : le mur d'Aurélien n'englobe que 1300 hectares d'une ville qui en compte 2000 ! Mais toute la région périphérique n'étant que jardins immenses, palaces et faubourgs, comme celui que nous sommes en train de traverser, on n'a pas jugé judicieux d'investir plusieurs millions de sesterces et plusieurs années supplémentaires de travaux, juste pour 20 000 habitants sur 1 200 000, à tout casser... D'ailleurs, on a essayé de réduire les coûts au maximum en intégrant au mur des constructions déjà existantes, qui finirent par représenter au final 10 % de la longueur du mur ! Ainsi, on intégra un amphithéatre (eh oui), les énormes substructions de la Colline des Jardins, le retranchement du fort de la garde prétorienne, un cirque (là c'est encore plus drôle qe pour l'amphithéâtre, le mur coupe littéralement la piste en deux, mais en ce temps tardif le bâtiment n'était plus employé), et de grandes longueurs d'aqueducs (en fait, on a bouché les trous des arches entre les piliers)...

Voilà, refermons notre parenthèse (enfin là, c'est déjà de la belle parenthèse...) et poursuivons la voie Appia ; j'entends d'ici vos petits coeurs de voyageurs battre la chamade, eh oui, après un ultime crochet de la route, une dernière ligne droite, et la Porta Appia apparaît soudain, découpant de ses deux arches le mur d'Aurélien, à 200 pas devant nous ! A notre gauche, le premier grand temple hors de la ville, dédié à Mars, puis, devant nous, nous laissons s'évader un regard avide à travers la double porte, vers la Ville, mais les charrettes et la foule nous empêchent encore de voir à 30 pas... Puis soudain, nous nous engageons dans l'ombre protectrice du double tunnel, pour découvrir à la sortie... le but de notre voyage, enfin, Rome ! La porte Appia s'ouvre, du côté intérieur du mur, sur une énorme artère, prolongement de la voie dans la ville même, une artère principale qui semble être infinie et qui mène en fait au coeur même de l'Urbs, devant le Circus Maximus, en contrebas du palais impérial sur le Palatin !

Enfin, nous sommes entrés dans ce monstre urbain, qui peut s'enorgueillir de 11 forums, 967 bains publics, à ne pas confondre avec les 11 grands thermes impériaux, 1 352 fontaines publiques qu'alimentent 19 aqueducs, 37 prtes, 9 ponts qui enjambent le Tibre, 12 basiliques, 43 arcs de triomphe en marbre, 28 bibliothèques, 2 amphithéâtres, 5 cirques, 2 naumachies, 3 théâtres, 1 odéon, 1 stade, plus de 200 temples, 11 colonnes commémoratives dédiés aux plus grands hommes de la patri, 2 colosses, 22 states équestres dorées et plus de 3 000 en pied, sans compter les innombrables sculptures qui se comptent par dizaines de milliers dans la Ville, 6 obélisques, 80 statues de dieux dorées, et 26 grands portiques. Ca c'est pour la parure monumentale de Rome. Derrière, on trouve la Rome qui besogne et qui vit, avec ses 22 casernes, ses 355 entrepôts, ses 204 boulangeries d'état, ses 2 300 comptoirs à huile, ses 144 latrines publiques, ses 322 quartiers répartis en 14 arrondissements, où l'on trouve le million d'habitants de Rome, dont quelques-uns sont très à l'aise dans 1 790 domus, mais la plupart loge dans les 46 602 insulae. Il ne me reste plus qu'à parler des 46 lupanars officiels, et on aura tout dit.

Voilà quelle est Rome, en cette an 1 067 de Rome ! Eh oui, Rome existe officiellement depuis plus d'un millénaire déjà...

_________________
Si vis copyrightem, para bellum.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
FLoHaMm
Admin Spécialisé en HTML


Masculin Nombre de messages : 1000
Age : 26
Localisation : Nancy
Date d'inscription : 06/11/2004

MessageSujet: Re: Rome, la ville éternelle   Mar 16 Nov 2004 - 0:22

Copié collé ou courage incontestable ??
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pierre (ancien)
Dominus et Deus
avatar

Masculin Nombre de messages : 1463
Age : 25
Date d'inscription : 19/10/2004

MessageSujet: Re: Rome, la ville éternelle   Mar 16 Nov 2004 - 20:56

en réponse à Feust:j'imitait les jeux du cirque romain.

_________________
Que Thor préservent les membres du forum du départ glacial.
Que Heimdall vous donne le courage de rester sur ce site.
Qu'Odin vous donne suffisamment de sagesse pour envoyer des sujets intéressants.
Que Balder donne de la poésie à vos messages.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Steuf
Hiérodoule de Mercure
avatar

Masculin Nombre de messages : 7779
Age : 26
Localisation : Près de Chaumont (52)
Date d'inscription : 13/11/2004

MessageSujet: Re: Rome, la ville éternelle   Mar 16 Nov 2004 - 22:18

Ok, Pierre, je n'avais pas compris... Désolé...

Flohamm, je peux te jurer que tout cela est de moi ! Si j'avais copié-collé à partir d'un site quelconque, je vous l'aurais annoncé (je sais très bien que le plagiat est un vol intellectuel), ainsi que l'adresse du site en question.
Simplement, je connais bien mon sujet (à vrai dire, je m'étonne moi-même d'avoir si peu besoin du livre pour faire une visite virtuelle rien que de mémoire), tout ce que j'ai pioché dans mon livre, c'est le nombre des bâtiments de chaque type, tout à la fin. Je me suis aussi juste aidé du livre pour me repérer dans un espace où je ne suis pas physiquement ( pour savoir où étaient les coudes de la route, le pont sur l'Almo, l'arc de Vérus et le temple de Mars). Juré !

Mais c'est vrai que je ne me rends pas compte combien j'en écris, quand je connais bien mon truc !

_________________
Si vis copyrightem, para bellum.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
FLoHaMm
Admin Spécialisé en HTML


Masculin Nombre de messages : 1000
Age : 26
Localisation : Nancy
Date d'inscription : 06/11/2004

MessageSujet: Re: Rome, la ville éternelle   Mer 17 Nov 2004 - 14:41

Lol oui je sais je te charriais !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Steuf
Hiérodoule de Mercure
avatar

Masculin Nombre de messages : 7779
Age : 26
Localisation : Près de Chaumont (52)
Date d'inscription : 13/11/2004

MessageSujet: Re: Rome, la ville éternelle   Mer 17 Nov 2004 - 16:08

Je préfère ! Boah, en même temps cela servira de petite précision à l'intention de ceux qui se poseraient la même question...

Reprenons la visite, voulez-vous ? Je vais essayer d'en faire un peu moins cette fois-ci, 15 kilomètres par jour ça use, ça use...

Continuons donc en suivant la via Appia à l'intérieur de Rome, chers visiteurs ! Dans cette large artère, aux heures les plus chaudes, la foule est telle que nous aurons peine à nous frayer un chemin sans nous perdre. Mais elle est déjà dense, la foule ! Poursuivons donc un petit quart d'heure, le temps de trouver un joli petit restaurant comme il y en a à chaque coin de rue ici ! Souvent, ces restaurants ne sont que de simples prolongements de thermopolia, des comptoirs où l'on conserve la nourriture chaude et où l'on la sert en repas tout prêts à emporter. Comme des tavernes, mais sans les tables... Les restaurants que je vous propose, eux, disposent de tables et de banquettes en pierre. C'est pas du 5 étoiles, mais ça sera mieux que de manger sur le trotoir ou sur le rebord d'une fontaine, où il y aura toujours un petit comique pour vous pousser à l'eau...

De chaque côté de la large rue, s'élèvent des tombeaux, des marchés couverts, des casernes, des insulae. Surtout des insulae. Des rues percent les pâtés de maisons à intervalles réguliers. L'une de ces rues, sur notre gauche, conduit aux thermes de Septime Sévère, non loin des thermes de Commode. Ces deux établissements de bains sont joints par une allée bordée d'arbres, dans un quartier de domus qui se trouve derrière les insulae à notre gauche. Mais ce n'est pas là que je vous emmènerai cette après-midi. Je vous emmènerai vous baigner aux thermes de Caracalla, les plus beaux de tout l'empire, et les plus vastes juste après ceux de Dioclétien qui se trouvent au nord de la ville. Les thermes de Caracalla se situent sur l'aventin mineur, près d'ici.

Nous suivons toujours la via Appia ; nous passons devant le tombeau des Scipions, à notre droite. A mesure que nous nous rapprochons du centre de la villes, le tissu urbain devient plus dense encore. Les insulae sont maintenant plus serrées, plus hautes. Quelques domus s'ancrent dans le quartier pittoresques, mais elles ne dominent pas. Nous passons sous l'arc de Drusus, qui est en fait à l'origine l'une des arches d'un aqueduc, l'Aqua Damnata. Nous nous rapprochons toujours des grands thermes de Caracalla. A ce stade, nous ne pouvons pas le voir derrière les insulae qui bordent la route, mais je vous le dis : la via Appia se double d'une rue plus large encore, une véritable avenue, la via Nova. Il a fallu dégager un peu les alentours et construire cette large avenue pour drainer toute la population qui se rend aux immenses thermes de Caracalla. En effet, les thermes s'ouvrent sur cette rue. Des rues plus petites permettent de passer de la via Appia à la Nova, creusant ainsi dans la masse d'insulae qui se trouvent sur notre gauche. Mais nous nous y engagerons tout à l'heure. J'aperçois là une petite taverne qui nous conviendra tout à fait.

Je vais aller chercher le repas au comptoir pour chacun. Dans ce genre de restaurant, nous pourrons trouver des steack-frites, big mac et autres plats de nuggets, et en dessert on a généralement le choix entre glaces vanille-fraise et crèpes sucrées (c'est la cuisine romaine de l'an 2004). Qu'est-ce que vous prendrez ?

_________________
Si vis copyrightem, para bellum.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pierre (ancien)
Dominus et Deus
avatar

Masculin Nombre de messages : 1463
Age : 25
Date d'inscription : 19/10/2004

MessageSujet: Re: Rome, la ville éternelle   Mer 17 Nov 2004 - 17:40

Shocked Shocked Shocked Shocked Shocked Shocked Shocked Shocked Shocked Shocked Shocked Shocked Shocked Tu en connais un rayon dit-donc!

_________________
Que Thor préservent les membres du forum du départ glacial.
Que Heimdall vous donne le courage de rester sur ce site.
Qu'Odin vous donne suffisamment de sagesse pour envoyer des sujets intéressants.
Que Balder donne de la poésie à vos messages.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Steuf
Hiérodoule de Mercure
avatar

Masculin Nombre de messages : 7779
Age : 26
Localisation : Près de Chaumont (52)
Date d'inscription : 13/11/2004

MessageSujet: Re: Rome, la ville éternelle   Mer 17 Nov 2004 - 17:43

C'est facile avec le dessin... Ce n'est pas moi qu'il faut féliciter, c'est Mr Chaillet, qui a eu la patience de dessiner dans tous ses détails la Rome de l'an 314 que je vous fais visiter...

_________________
Si vis copyrightem, para bellum.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pierre (ancien)
Dominus et Deus
avatar

Masculin Nombre de messages : 1463
Age : 25
Date d'inscription : 19/10/2004

MessageSujet: Re: Rome, la ville éternelle   Mer 17 Nov 2004 - 17:53

Félicitation Mr Chaillet et Feust!

_________________
Que Thor préservent les membres du forum du départ glacial.
Que Heimdall vous donne le courage de rester sur ce site.
Qu'Odin vous donne suffisamment de sagesse pour envoyer des sujets intéressants.
Que Balder donne de la poésie à vos messages.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Steuf
Hiérodoule de Mercure
avatar

Masculin Nombre de messages : 7779
Age : 26
Localisation : Près de Chaumont (52)
Date d'inscription : 13/11/2004

MessageSujet: Re: Rome, la ville éternelle   Mer 17 Nov 2004 - 19:51

Allez, retire le "et Feust", je n'ai aucun mérite dans l'affaire, si ce n'est celui de passer du temps à écrire ce que Chaillet dessine...

_________________
Si vis copyrightem, para bellum.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
FLoHaMm
Admin Spécialisé en HTML


Masculin Nombre de messages : 1000
Age : 26
Localisation : Nancy
Date d'inscription : 06/11/2004

MessageSujet: Re: Rome, la ville éternelle   Mer 17 Nov 2004 - 22:06

Certe mais toutes ces précision c'est Impressionant !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pierre (ancien)
Dominus et Deus
avatar

Masculin Nombre de messages : 1463
Age : 25
Date d'inscription : 19/10/2004

MessageSujet: Re: Rome, la ville éternelle   Mer 17 Nov 2004 - 22:33

IMPRESSIONNANT!!!!!!!!!!!!!!!!!!

_________________
Que Thor préservent les membres du forum du départ glacial.
Que Heimdall vous donne le courage de rester sur ce site.
Qu'Odin vous donne suffisamment de sagesse pour envoyer des sujets intéressants.
Que Balder donne de la poésie à vos messages.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Steuf
Hiérodoule de Mercure
avatar

Masculin Nombre de messages : 7779
Age : 26
Localisation : Près de Chaumont (52)
Date d'inscription : 13/11/2004

MessageSujet: Re: Rome, la ville éternelle   Mer 17 Nov 2004 - 23:26

Sans aucun doute, je partage votre avis !

Alors, vous ne m'avez toujours pas dit ce que vous prendrez à manger !


Hé, après ce message, je passe au grade supérieur !

_________________
Si vis copyrightem, para bellum.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
FLoHaMm
Admin Spécialisé en HTML


Masculin Nombre de messages : 1000
Age : 26
Localisation : Nancy
Date d'inscription : 06/11/2004

MessageSujet: Re: Rome, la ville éternelle   Jeu 18 Nov 2004 - 12:27

rien non merci e passe au fast food après ^^ !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Steuf
Hiérodoule de Mercure
avatar

Masculin Nombre de messages : 7779
Age : 26
Localisation : Près de Chaumont (52)
Date d'inscription : 13/11/2004

MessageSujet: Re: Rome, la ville éternelle   Jeu 18 Nov 2004 - 23:20

D'accord, de toute façon, je vous ai proposé toutes ces cochoneries-là juste parce que j'ai été incapable de me renseigner avec précision sur ce qu'on servait dans ce genre de restaurants à Rome... Enfin, si, j'imagine que le déjeuner consiste essentiellement en pain, fruits méditerranéens (olives, ...), fruits de mer. Peu ou pas de fromage (c'est plutôt pour le matin).

Allez, continuons la visite. Ce soir, je ne vous emmènerai pas loin, on va aux thermes de Caracalla, à 300 mètres de là !


Après ce bon repas, Phoebus conduit son char déjà très haut dans le ciel et va bientôt amorcer sa longue descente, tandis que nous ressortons de ce petit restaurant après nous être bien remplis la panse de fast-food, pain, fruits méditerranéens (olives, ...), fruits de mer, peu ou pas de fromage (c'est plutôt pour le matin)...

Poursuivons donc sur cette fameuse via Appia, qui nous fait nous enfoncer à chaque un peu plus dans cette énorme ville pleine des richesses provenant de tous les coins et recoins du monde connu (c'est à dire pas beaucoup, mais assez pour fournir des marchandises au point de faire déborder les innombrables entrepôts, et il faut bien cela pour qu'un million de gosiers aient chaque jour leur demi-kilo de nourriture, et parfois trois fois plus).

Nous ne passerons sur la via Nova, autre artère parallèle à la nôtre et qui se situe de l'autre côté des insulae à notre gauche, que lorque que nous serons juste en face de l'entrée des superbes et immenses thermes de Caracalla. Inutile de s'engouffrer tout de suite dans les ruelles dans l'espoir de ressortir de l'autre côté avant la nuit. De plus, nous ne parcourrons ainsi pas plus de 200 mètres. Cette courte distance parcourur, nous obliquons vers la gauche, en longeant l'Area Splenis, un petit parc entre deux patés d'insulae, pour quitter la vie Appia et rejoindre la via Nova. La haute enceinte des thermes domine la foule déjà dense qui se presse vers la grande porte. Mêlons-nous à la masse, sans nous perdre... Voilà ! Passé le portique, nous débouchons sur les jardins, dont ne ne voyons là que la plus petite partie. Les jardins dans toute leur immensités sont du côté sud-ouest de l'énorme bâtiment qui nous fait face : les thermes proprement dits ! Précisons tout d'abord que les thermes de Caracalla peuvent accueillir 1 600 baigneurs sur 11 hectares de piscines et de jardins ! Ils sont, comme nous l'avons dit, les plus vastes du monde romain après ceux de Dioclétien, qui peuvent contenir jusqu'à 3000 baingneurs à la fois... Pour vous mettre en appétit...

Nous nous dirigeons vers les vestiaires (apodyteria), nous déshabillons, confions nos effets à des esclaves louant leur services pour les garder, puis allons vers le tépidarium, salle de transition pour habituer notre corps à la chaleur intense du sudatorium, une étuve sèche où le corps doit transpirer abondamment. Le bain des Romains est une longue opération complexe, ne nous y perdons pas ! Une fois qu'on s'est bien fait sué (au sens malpropre du thermes...), on désire rarement rester quelques heures de plus dans le sudatorium rien que pour le plaisir. On va donc puiser de l'eau froide avec la main dans une grande vasque, pour nous en asperger, avant de se remettre dans le chaud et de continuer vers le caldarium. Celui des thermes de Caracalla est une immense salle ronde, surmontée d'une large coupole. On se frotte alors tout le corps avec son strigile, petit racloir qui épouse les formes du corps et qui permet de se débarasser des saletés ou autres peaux mortes... Enfin, le rituel du bain se termine par un plongeon dans la salle froide du tepidarium (sous-entendu : dans la piscine... je vous déconseille de vous manger le dallage de la salle... de toute façon, ça serait dommage pour le dallage, celui des thermes de Caracalla est une véritable merveille). Nageons un peu, comme l'espace le permet, puis livrons-nous au masseur au sortir de l'eau. D'une main enduite d'huile parfumée, il travaillera chaque muscle de notre corps alors que nous nous abandonnerons dans un relâchement total... Bon, faudra pas se relâcher trop longtemps non plus, je ne souhaite aucune altercation avec les braves gens qui attendent leur tour.

Naturellement, comme nous avons toute l'après-midi devant nous, nous allons bien nous attarder au jeu de balle, à l'exercice physique dans les palestres, ou encore au bain de soleil dans le solarium, puisqu'aujourd'hui celui-ci nous fait don d'une présence très manifeste dans le ciel. Un autre exercice physique, la marche rapide dans les allées des jardins. Des bornes les jalonnent, permettant ainsi de savoir quelle distance on a parcourue, mesurée en pas, pour se repérer dans son entraînement. Ainsi, si l'on fait 1 800 pas aujourd'hui, on en fera bien 2 000 demain !
Pour vous donner une idée, un pas vaut, à quelque chose près, 145 cm. Peu nous importe la valeur exacte avec 80 décimales.

Ainsi s'achève le rituel thermal de l'après-midi de tout Romain... En effet, les thermes sont ouverts à tous, hommes ou femmes (mais soit à des horaires différents, soit dans des espaces nettement séparés), patriciens ou esclaves. Bien sûr, les esclaves n'ont généralement pas de quoi profiter des options massage, épilage et surveillance des effets, mais bon, les thermes leur sont ouverts quand même (à défaut de pouvoir se faire masser, épiler et repartir avec tous leurs biens, ils se détendent). Une fois rabillés, pourquoi ne pas aller acheter deux-trois bricoles, se cultiver un peu ou s'adonner au loisir qu'est la conversation dans l'une des nombreuses boutiques, bibliothèques ou salons qui garnissent l'enceinte de l'établissement ?

_________________
Si vis copyrightem, para bellum.


Dernière édition par le Dim 17 Avr 2005 - 18:04, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pierre (ancien)
Dominus et Deus
avatar

Masculin Nombre de messages : 1463
Age : 25
Date d'inscription : 19/10/2004

MessageSujet: Re: Rome, la ville éternelle   Ven 19 Nov 2004 - 20:20

Shocked Shocked Shocked Shocked Shocked Shocked Shocked Shocked Shocked Shocked Shocked Shocked Shocked Shocked Shocked Shocked Shocked Shocked Shocked Shocked Shocked Shocked Shocked Shocked Shocked Shocked Shocked Shocked Shocked Shocked Shocked Shocked Shocked Shocked Shocked Shocked Shocked Shocked Shocked Shocked Shocked Shocked Shocked Shocked Shocked Shocked Shocked Shocked Shocked Shocked Shocked Shocked Shocked Shocked Shocked Shocked Shocked Shocked

_________________
Que Thor préservent les membres du forum du départ glacial.
Que Heimdall vous donne le courage de rester sur ce site.
Qu'Odin vous donne suffisamment de sagesse pour envoyer des sujets intéressants.
Que Balder donne de la poésie à vos messages.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pierre (ancien)
Dominus et Deus
avatar

Masculin Nombre de messages : 1463
Age : 25
Date d'inscription : 19/10/2004

MessageSujet: Re: Rome, la ville éternelle   Ven 19 Nov 2004 - 20:21

Flood quand tu nous prends.^^

_________________
Que Thor préservent les membres du forum du départ glacial.
Que Heimdall vous donne le courage de rester sur ce site.
Qu'Odin vous donne suffisamment de sagesse pour envoyer des sujets intéressants.
Que Balder donne de la poésie à vos messages.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
FLoHaMm
Admin Spécialisé en HTML


Masculin Nombre de messages : 1000
Age : 26
Localisation : Nancy
Date d'inscription : 06/11/2004

MessageSujet: Re: Rome, la ville éternelle   Ven 19 Nov 2004 - 21:04

Toutes ces infos ( Vachement precises je ne le repeterais jamais assez) sont vraie ou c'est une simple legende ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Steuf
Hiérodoule de Mercure
avatar

Masculin Nombre de messages : 7779
Age : 26
Localisation : Près de Chaumont (52)
Date d'inscription : 13/11/2004

MessageSujet: Re: Rome, la ville éternelle   Sam 20 Nov 2004 - 13:21

Je ne vous conte point de fables, auquel cas vous l'eussé-je dit !

Ce que j'essaie de rendre sur ce topic n'est que la véritable Rome de l'an 314 de notre ère bien réelle ! La Rome que j'écris est celle de l'Antiquité tardive, peu avant le Moyen-Âge, et est donc la Rome que les archéologues ont le mieux reconstituée ! C'est la Rome dont on connaît beaucoup de choses, plus avérées les unes que les autres !

_________________
Si vis copyrightem, para bellum.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pierre (ancien)
Dominus et Deus
avatar

Masculin Nombre de messages : 1463
Age : 25
Date d'inscription : 19/10/2004

MessageSujet: Re: Rome, la ville éternelle   Sam 20 Nov 2004 - 18:47

donc tu es en train de nous faire une visite guidée à travers le temps

_________________
Que Thor préservent les membres du forum du départ glacial.
Que Heimdall vous donne le courage de rester sur ce site.
Qu'Odin vous donne suffisamment de sagesse pour envoyer des sujets intéressants.
Que Balder donne de la poésie à vos messages.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Steuf
Hiérodoule de Mercure
avatar

Masculin Nombre de messages : 7779
Age : 26
Localisation : Près de Chaumont (52)
Date d'inscription : 13/11/2004

MessageSujet: Re: Rome, la ville éternelle   Sam 20 Nov 2004 - 19:56

Exactement !

_________________
Si vis copyrightem, para bellum.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pierre (ancien)
Dominus et Deus
avatar

Masculin Nombre de messages : 1463
Age : 25
Date d'inscription : 19/10/2004

MessageSujet: Re: Rome, la ville éternelle   Sam 20 Nov 2004 - 20:50

J'ai tout compris Mr.Red

_________________
Que Thor préservent les membres du forum du départ glacial.
Que Heimdall vous donne le courage de rester sur ce site.
Qu'Odin vous donne suffisamment de sagesse pour envoyer des sujets intéressants.
Que Balder donne de la poésie à vos messages.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Rome, la ville éternelle   

Revenir en haut Aller en bas
 
Rome, la ville éternelle
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 5Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5  Suivant
 Sujets similaires
-
» Rome, la Ville des Sept Collines, sera détruite !
» Le Saint Père verra la destruction de Rome et du Vatican et aura beaucoup à souffrir !
» Devinette Rome Antique
» Qui habite Rome ou y est allé récemment ?
» "La ville au sept collines" Rome ou Amman?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Monde Antique :: Civilisations antiques :: L'Italie et le monde romain-
Sauter vers:  
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Signaler un abus | Forum gratuit