AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le régime impérial

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
JerHai
Hilote de Sparte


Nombre de messages : 24
Localisation : Toulouse (31)
Date d'inscription : 07/01/2006

MessageSujet: Le régime impérial   Jeu 12 Jan 2006 - 22:48

Le régime impérial.



Durant les deux derniers siècles avant J.C, Rome était devenu la capitale d'un grand empire; mais ce n'est qu'à la fin de cette époque que s'affirma la position du général Sylla, champion de l'aristocratie, qui avait joui d'un pouvoir absolu pendant quelques années, à l'orée du Ier siècle av. J.C. Jules César ayant fait de même durant la courte période qui avait précédé son assassinat. Mais ces deux expériénces furent brèves, et ce n'est qu'en 27 av J.C qu'un arrangement constitutionnel vit le jour. Il accordait à Auguste un pouvoir suprême reposant sur des fondements institutionnels réguliers.
Toutefois, l'essor de la Rome impériale ne fut pas une simple question d'armée et d'empereurs; il s'accompagna d'un enrichissement démesuré et nouveau.
L'essor de Rome marqua un changement décisif: le centre économique et politique se déplaça plus à l'ouest. Durant les derniers siècles avant J.C et les premiers après J.C, l'Italie attteignit une nouvelle prospérité, que reflétèrent en grande partie les vestiges des cités et des villas, et la production d'objets de luxe. De plus, les marchands et entrepreneurs italiens, stimulés par la demande locale et se recommandant du prestige romain, n'hésitaient pas à s'anventurer en terres lointaines, soucieux de trouver de nouveaux marchés, créant de petites colonies jusqu'au sud de l'Inde.


1) L'oeuvre d'Auguste.

Au Ier siècle av. J.C, le destin de Rome apparaissait de plus en plus lié à l'émergence d'un chef unique. Les anciennes institutions républicaines n'étaient plus capablent de contenir les manoeuvres incessantes des généraux tout-puissant, assoiffés de pouvoir, ni de satisfaire les demandes d'un empire en plein expansion. Mais la position de l'empereur et sa stabilité durant les siècles qui suivirent durent beaucoup à la sagesse d'Auguste. Il avait réussit là où Jules César avait échoué: il acquit le double soutien du Sénat et de la majorité du peuple romain.
La victoire remportée sur Antoine et Cléopâtre lors de la bataille d'Actium en 31 av. J.C, investit Auguste au pouvoir suprême. Ayant tiré parti de l'exemple funeste de César, il ne voulut pas imposer sa volonté au Sénat, mais chercha une solution qui lui permît de maintenir sa position sous le couvert des institutions républicaines. L'arrangement constitutionnel proposé par Auguste en janvier 27 av. J.C, plaça sous son entière autorité l'armée, la plupart des grandes provinces. Il put également proposer et refuser des lois, annuler les arrêts des gouverneurs de provinces et sièger auprès des consuls. Par la suite, les empereurs purent nommer les consuls.
Auguste mit un soin particulier à consolider sa position à Rome et fit de la ville la capitale de ce grand empire. L'absence d'un palais impérial est significative: Auguste préféra développer les traveaux de constructions publiques. Rome devenue la plus grande cité du monde occidental, éclipsait Alexandrie avec une population d'environ un million d'habitants. Auguste s'attacha à construire de nouveaux aqueducs et à réorganiser les convois maritimes de blé dont dépendaient les pauvres de la ville.


2) La succession impériale.

Lorsque Auguste mourut en 14 ap. J.C, il avait été empereur pendant plus de quarante ans, et l'idée de voir un homme seul à la tête de l'Empire ne passait plus pour une innovation dangereuse. L'accession au pouvoir de Tibère se fit sans heurts, et le statut de l'empereur ne fut jamais contesté, même lorsqu'il se retira de Rome pour passer ses dix dernières années à Capri. Caius-connu sous son surnom de Caligula-lui succéda sans rencontrer d'opposition, mais ses exès excitèrent le ressentiment de l'aristocratie sénatoriale. Ses deux prédécesseurs eurent à crainde des conspirations, mais Caligula fut le premier à en mourir. La mort de Caligula mit en évidence la puissance des prétoriens, le corps d'élite du des gardes du corps chargés de protéger l'empereur. Le Sénat espérait peut-être rétablir la République, mais la garde prétorienne avait tout intérêt à conserver l'institution impériale: aussi nommèrent-ils Claude, succésseur de Caligula. Il régna quatorze années durant lesquelles la maison impériale-en particulier les hauts fonctionnaires de la Cour-jouit d'un pouvoir de plus en plus étendu. Cette situation se maintint avec son succésseur, Néron. Après des débuts favorables, Néron connut une forte opposition dans les dernières années. Sa répression brutale des complots et son échec à garder le soutien du Sénat, affaiblirent sa position et provoquèrent des rébbellions en Gaule et en Espagne, en 68 ap. J.C. Trahi par sa garde et sa Cour, Néron se suicida. Il était le dernier empereur des Julio-Claudiens, la dynastie impériale qui gouvernait Rome depuis Auguste. Tous étaient parents, du moins par alliance, mais il est frappant qu'aucun d'eux n'ait eu un fils pour héritier. Seul le fils de Claude vivait encore lorsque son père mourut, mais il fut écarté en faveur de Néron. Le principe déterminant de la succession impériale fut l'adoption.
La mort de Néron plongea Rome dans une période de crise: des empereurs étaient proclamés par leurs partisans, s'emparaient du pouvoirpour une courte durée, puis succombaient à un rival plus puissant. L'année 69 vit quatre empereurs se succéder: Galba, Othon, Vitellius et Vespasien. Les armées frontalières défendaient désormais les revendications de son candidat, parfois par les armes. Vitellius fut soutenu par l'armée du Rhin; Vespasien accéda au pouvoir grâce aux légions orientales. Les empereurs du Ier siècle ap. J.C, renforcèrent la position de Rome et l'autorité romaine à l'intérieur et à l'extérieur de la ville. A Vespasien succédèrent ses fils Titus et Dominitien, cas unique d'une succession directe de père en fils dans toute l'histoire de l'Empire jusqu'à la fin du IIe siècle. Cette exception ne dura pas: lorsque Dominitien fut assassiné, le Sénat choisi Nerva, homme d'un âge avancé, pour lui succéder; et Nerva nomma à son tour Trajan, qu'il adopta comme son fils et héritier.


3) L'essor de l'Empire.

Auguste hérita d'un empire fondé sur deux siècles et demi de gouvernement républicain depuis l'acquisition de la Sicile, première province romaine d'outre-mer, au cours de la première guerre Punique (264-241 av. J.C). Rome se soucia peu de poursuivre cette politique d'expansion territoriale jusqu'à l'avènement de l'empereur, lequel permit de centraliser la réflexion stratégique. Les empereurs se devaient d'être avant tout des chefs de guerre: indépadamment des choix stratégiques, ils surent écouter leurs sujets et se montrer de valereureux généraux. Les nouvelles conquêtes apportaient butins et esclaves, et donnaient aux administrateurs et entrepreneurs romains de nombreuses occasions de s'enrichir au dépens des peuples conquis.
Auguste étendit considérablement l'Empire. Sa victoire à Actium en 31 av. J.C, fut suivie d'une invasion de l'Egypte l'année suivante. L'Egypte était alors un pays vaste et prospère;. Elle fournit également une grande partie du blé dont il avait besoin pour nourrir la population croissante de Rome.
Les guerres les plus importantes menées par Auguste en territoire étrangr avaient pour objet de rationaliser les frontières impériales. Il conquit le versant nord des Balkans, afin de déplacer la frontière sur la barrière naturelle offerte par le Danube. Les fleuves devinrent des frontières à l'est comme à l'ouest. A l'est, l'Euphrate marquait la frontière entre les Romains et leurs voisins orientaux, les Parthes. Auguste ne mena pas de grande guerre sur ce front: c'était à l'ouest que se profilait le danger. Lorsque César avait conquis la Gaule, il avait fait du Rhin la frontière de sa nouvelle province. Cette disposition laissait inoccupée une parcelle de territoire dans les Alpes, entre l'Italie et la Gaule. Auguste chercha à prendre le terrain en faisant la conquête des tribus alpines et en déplaçant la frontière à cet endroit, comme il l'avait fait du Danube la frontière des Balkans. L'étape suivante consistait à déplacer la frontière du Rhin sur l'Elbe. Tout semblait en bon ordre et les Romains se préparaient à poursuivre leur progression en Europe centrale, lorsqu'une rébellion éclata dans les Balkans, obligeant les troupes à s'y rendre pour mener les opérations. Trois ans plus tard, en l'an 9 ap. J.C, trois légions romaines furent décimées par les Germains alors qu'elles traversaient la forêt de Teutoburg, et Auguste abandonna définitivement les territoires d'outre-Rhin.
Il laissa pour consigne à ses héritiers de ne pas étendre davantage les frontières impériales, mais d'affermir leurs possessions. Néanmoins, Rome continua d'annexer des provinces entre le Ier et le IIe siècle ap. J.C, en partie pour des raisons stratégiques, mais aussi pour des raisons stratégiques, mais aussi pour la gloire. Parfois, de nouvelles provinces se rattachaient pacifiquement à l'Empire. Ce fut le cas de la Maurétanie en 44 ap. J.C, et de la Thrace en 46 ap. J.C. D'autres furent acquises par les armes. Les exemples les plus connus sont ceux de la Bretagne envahie par Claude en 43 ap. J.C, et de la Dalmatie, conquise par Trajan au cours des deux guerres Daciques menées avec acharnement de 101 ap. J.C à 102 ap. J.C et de 105 ap. J.C à 106 ap. J.C.
Les Romains avaient tendance à dépeindre leurs adversaires sous les traits de barbares non civilisés: la vérité est quelques peu différente. Les Bretons attaqués par Claude étaient déjà organisés en royaume, avec des villes et un système monétaire. La Dacie était encore plus développée: c'était un royaume puissant, dont le monarque avait résisté avec succès vingt ans plus tôt aux attaques romaines.
La clef des succès militaires romains était bien sûr l'armée, qui restait campée le long des frontières vulnérables. Les campements avaient une fonction à la fois offensive et défensive: ils se déployaient et se redéployaient selon les urgences ou les nécessités des campagnes séparées. Autre grand changement par rapport à l'époque républicaine: une armée permanente. Auguste fut le premier à fixer le montant de la solde, et le chiffre des effectifs resta plus ou moins stable au cours des Ier et IIe siècles: environ 28 légions et un nombre égal d'axilliaires. Mais le changement le plus radical concerna les camps. Bâtis à l'origine en bois et en terre, ils furent peu à peu construit en pierre. Les frontières furnt également renforcées par des forts et des tours de guets,


4) L'essor des provinces :

A l'intérieur des frontières, le Ier siècle fut une ère de prospérité croissante. En adoptant de plus en plus le profil romain, les nouvelles provinces s'intégrèrent à l'Empire. La citoyenneté romaine s'étendit progrssivement à des villes et cités entières (à l'exception des femmes et des esclaves), et les provinciaux ne tardèrent pas constituer des minorités influentes au sein du Sénat.
A la même époque, l'équilibre économique entre l'Italie et les provinces se modifia: les provinces commencèrent à bénéficier des occasions offertes par le gouvernement romain. L'Empire représentait un vaste espace commercialoù les taxes d'importations étaient réduites au minimum. Il était aisé de convoyer l'huile d'olive africaine et la vaisselle en provenance de Gaule jusqu'aux marchés italiens et au-delà. Ce commerce ne concernait que les produits de nécessité, non les produits de luxe, et il donna à l'ensemble de l'Empire une unité apparante, sans pour autant effacer les différances entre l'Est (où l'on parlait grec) et l'Ouest (où le latin était devenu la langue officielle).
Les opportunités commerciales ne se limitaient pas à l'Empire; elles s'étendaient bien au-delà, surtout à l'Est de où des marchands originaires de l'Empire romain (essentiellement de Grèce ou des provinces orientales) sillonnaient l'océan Indien ou traversaient la Route de la soie pour rapporter sur les marchés de la Méditerranée orientale des produits de luxe, tels que la soie chinoise ou les épices et parfums exotiques. En échange, les Romains exportaient à l'Est poterie et verrerie romaines. Les paiements se faisaient principalement en monnaies d'or et d'argent, ce qui coûtait chaque année à l'Empire environ un million de sesterces.


5) L'héritage impérial.

Aujourd'hui, on considère que la Rome impériale a surtout légué à notre siècle sa littérature et ses monuments. Dans le domaine de la littérature, le Ier siècle ap. J.C marqua l'âge d'or de la littérature latine, à la suite d'écrivains comme Cicéron et Catulle vers la fin de la République. Auguste encouragea Horace, Virgile et Tite-Live. L'oeuvre littéraire la plus marquante de cette époque fut sans conteste L'Enéïde de Virgile, poème épique replaçant les origines de Rome dans la légende d'Enée fuyant le pillage de Troie pour s'implanter en Italie. Dans le domaine historique, nos connaissances du Ier siècle reposent largement sur les historiens qui écrivent ultérieurement, en particulier Tacite et Suétone.
Rome connut une vague d'engouement pour l'architecture urbaine sous les premiers empereurs: on bâtit une série de forums impériaux contigus (un forum était l'équivalent d'une place publique, munie de temples, bureaux et tribunaux) qui releyèrent dans ses activités le Forum Romanum, placé au coeur de la ville. Le dernier de ces forums, également le plus important, fut le forum Trajan, aujourd'hui célèbre pour sa fameuse colonne et ses bas-reliefs en spirale décrivant les guerres Daciques. Il nous faut également mentionner le Colisée, le plus vaste des amphithéâtres romains, qui fut inauguré en 80 ap. J.C. Ces édifices, tout commme les monuments commandités par les empereurs, sont le signe de l'omnipotence d'une Rome parvenue à son apogée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jerhai.free.fr
Steuf
Hiérodoule de Mercure


Masculin Nombre de messages : 7779
Age : 26
Localisation : Près de Chaumont (52)
Date d'inscription : 13/11/2004

MessageSujet: Re: Le régime impérial   Sam 14 Jan 2006 - 19:37

Merci pour cette belle synthèse, Crassus. Seulement, je pense qu'un seul topic suffisait. Etaler un article sur trois topics, je n'avais encore jamais vu !

Je suis trop perfectionniste pour avoir eu la faignantise de pallier ce problème (ainsi que celui de la mise en page), mais tu peux faire toi-même ce genre de choses, ok ? thumright

_________________
Si vis copyrightem, para bellum.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JerHai
Hilote de Sparte


Nombre de messages : 24
Localisation : Toulouse (31)
Date d'inscription : 07/01/2006

MessageSujet: Re: Le régime impérial   Sam 14 Jan 2006 - 21:43

Je trouvais que c'était un peu lourd de tout mettre d'un coup.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jerhai.free.fr
JerHai
Hilote de Sparte


Nombre de messages : 24
Localisation : Toulouse (31)
Date d'inscription : 07/01/2006

MessageSujet: Re: Le régime impérial   Sam 14 Jan 2006 - 22:00

Mais tu as eu raison de faire ça, je l'ai repéré depuis un moment ton bouton... Nefertiti


Dernière édition par le Dim 15 Jan 2006 - 23:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jerhai.free.fr
Steuf
Hiérodoule de Mercure


Masculin Nombre de messages : 7779
Age : 26
Localisation : Près de Chaumont (52)
Date d'inscription : 13/11/2004

MessageSujet: Re: Le régime impérial   Dim 15 Jan 2006 - 20:23

En tout cas, tu n'as toujours pas repéré le bouton Editer !

_________________
Si vis copyrightem, para bellum.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JerHai
Hilote de Sparte


Nombre de messages : 24
Localisation : Toulouse (31)
Date d'inscription : 07/01/2006

MessageSujet: Re: Le régime impérial   Dim 15 Jan 2006 - 23:08

bien sûr que si, je l'ai repéré le bouton "éditer". Regarde mon message un peu plus haut.... Nefertiti
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jerhai.free.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le régime impérial   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le régime impérial
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le carré impérial
» les produits JOCK, poudres Custard's et Impérial
» Postillon du courrier impérial
» Uniforme des Compagnies du Train du Corps impérial du Génie
» Le palais impérial de Compiègne

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Monde Antique :: Civilisations antiques :: L'Italie et le monde romain-
Sauter vers:  
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Signaler un abus | Forum gratuit